2 chapitre 4, 8 - Le temps libre et l'apéritif de fin de pélerinage

Publié le par Monique Guillon / La grâce de l'Unité

Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "
Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "

Dans la basilique de la Résurection, l'entrée du tombeau et les barrières "Police", la Croix au mont Golgotha / Le souk / " Les clochettes, leur tintement aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. "

Chers amis, lecteur, lectrice,

En toute liberté, avançons ! Notre être intérieur a découvert, redécouvert avec plus d'intensité, le trésor qui s'y cachait ! Une richesse sans prix, source de Paix et de Joie. Le sentier est étroit ! Il nous conduit aux délices de la Vie éternelle... Et quelle Joie d'être en chemin vers cette demeure éternelle dès cette terre ! L'éradication de guerre, de meurtre, de convoitise, de vol, etc..., en un seul mot du Mal, est acquise par la Victoire du Bien sur le Mal. Jésus sur sa Croix a cloué tous les maux de la Terre. Grâce à sa Résurrection, premier Vivant d'entre les morts, IL nous ouvre les portes du Royaume des Cieux. Pour l'instant, nous nous épurons et progressons petit à petit... Mais avec Jésus présent en notre être, la grâce de Dieu habite en nos cœurs ! L'action de l'Esprit saint vibre en nos âmes ! Ce n'est pas de l'imagination ! Pour celui qui s'approche de Jésus, toute sa vie en est transformée, transfigurée. C'est vrai, c'est une bataille de chaque instant ! Durant son ministère, Jésus a  été critiqué, rejeté malgré les signes qu'Il accomplissait dans la puissance de Dieu. Le disciple n'est pas au-dessus du maître... Nous le savons, nous aussi, nous serons combattus... Or la présence invisible de Jésus en nous, nous donne la Victoire en nos vies. Habités de sa présence, nous donnons à notre entourage, la Lumière qui éclaire le monde. Avec cette armure d'Enfant de Dieu, nous avançons dans le quartier chrétien de Jérusalem... Venez avec nous !

"Le temps libre

Durant ce temps, chaque pèlerin prend conscience de la dimension sans limite des cadeaux reçus au cours de notre avancée humaine et divine. Notre montée à Jérusalem nous a appauvris par la vision intérieure de l’amour passionné et en obéissance au Père du rédempteur Jésus-Christ. Ses gestes sont imprimés en nous par le vécu de nos trois jours saints : le jeudi saint, le lavement des pieds et la cène ; le vendredi saint, sa passion et sa mort ; la nuit pascale, sa résurrection. Le samedi saint, en l’obscurité du monde, nos cœurs sont dans l’attente. Au milieu de la nuit pascale, sa résurrection a anéanti la mort, la Vie a jailli. Notre venue dans Jérusalem, nous a menés vers un ultime dépouillement. Notre nature humaine a été visitée pour laisser plus de place à celle divine d’enfant de Dieu. En ce jour, même si notre présence dans les murs de la ville sainte s’achève tel le sable s’écoulant dans un sablier, nous savons désormais que notre vision intérieure de la Jérusalem céleste est amorcée.

   Dans le quartier historique par petits groupes de deux ou trois, chacun vit ce temps à sa convenance. Avec Marie-Brigitte traversant le quartier chrétien, nous flânons dans le souk avant de descendre vers l’esplanade du Saint-Sépulcre. Ensuite nous entrons dans la basilique de la Résurrection. Nous visualisons mieux les lieux où Jésus-Christ a vécu ses dernières heures d’homme, fils de l’Homme. À un moment, nous reprenons la file d’attente pour prier à l’intérieur de la tombe du Ressuscité, Dieu, Fils de Dieu, premier vivant d’entre les morts. Par lui, la Victoire de la Vie sur la mort est offerte à l’humanité. Puis, au moment de franchir l’entrée de la chapelle de l’ange, les visites sont stoppées. Nous sortons. Peut-être qu’un jour si Dieu le veut, nous pourrons nous agenouiller au plus près de la pierre qui a porté le corps du Christ. De cette pierre, il a été relevé et élevé dans la beauté de sa gloire divine. De nombreux visiteurs et pèlerins tels que nous deux, venus de toutes nations, n’ont pas pu frôler cette pierre de l’intérieur de l’édicule. Mais nous avons été à un mètre de celle-ci de l’extérieur. Nos pieds ont touché le sol de la rotonde. Et surtout au pied du mont Golgotha, nous avons été rassasiées de sa présence. L’onction de son Amour nous a révélé que sa présence est silence. Pour nous deux, cette richesse indicible est désormais vivante en nous. L’essentiel est de savoir que Jésus-Christ est présent au fond du cœur de chaque être, à chaque instant de nos vies. L’hymne de saint Ambroise de Milan, père de l’église (340-397) est révélateur de cette présence de tout en Jésus-Christ.

« Nous avons tout, dans le Christ

Si tu brûles de fièvre, il est la source qui rafraîchit ;

Si tu es oppressé par tes fautes, il est la Délivrance ;

Si tu as besoin d’aide, il est la Force ;

Si tu as peur de la mort, il est la Vie ;

Si tu désires le ciel, il est la Voie ;

Si tu fuis les ténèbres, il est la Lumière ;

Si tu as besoin de nourriture, il est l’Aliment. »*

 

   Arrivées sur l’esplanade, la nuit nous accueille. Nous devons rejoindre l’ensemble du groupe à la porte de Jaffa. Après la montée de quelques marches, nous finissons nos derniers achats au premier magasin du souk. Puis après une rapide avancée de vitrine en vitrine, nous poussons la porte d’un magasin encore ouvert. Dès notre entrée, le tintement de clochettes aux sons légers flotte dans l’air. Celles-ci façonnées en verre très fin, transparent, légèrement teinté, jaune, bleu, vert, rouge, orange, nous rappellent les couleurs de l’arc-en-ciel. Elles sont à l’image de tous les peuples s’entremêlant dans Jérusalem pour rejoindre les traces de J.-C. L’arc-en-ciel est le symbole de l’alliance de Dieu avec les hommes : « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants. » Gn 9, 16a. Après ce dernier arrêt, nous accélérons le pas. Nous sommes dans les dernières à rejoindre le groupe. Le car stationne le long de la grande place. Toutes les brebis du Seigneur sont là. Nous pouvons partir vers le mont des Oliviers pour rentrer une dernière fois à l’hôtel. Notre pèlerinage touche à sa fin. Il ne nous reste plus qu’une seule journée, ensemble. Durant cette merveilleuse aventure, notre foi a grandi et nous percevons plus le grand Amour de Dieu en notre vie. Quelque soit le lieu sur Terre, plus nous avançons en cette foi, et plus nous pénétrons en profondeur dans cet Amour. Le Seigneur donne bien au-dessus de tout ce que nous pouvons espérer.

 

L’apéritif de fin de pèlerinage

   Avant le dîner, nous nous retrouvons autour d’un apéritif dans l’une des salles de l’hôtel. L’unité y règne et habite chacun. Le monde de l’invisible rejoint celui du visible. Aujourd’hui cette unité se vit encore, sa présence est éternelle. Elle est née de ce pèlerinage vécu en osmose avec les saints et saintes de Dieu, les anges, les archanges, tous les habitants de la voûte céleste. D’abord elle a été amorcée par notre marche au désert dans les pas des patriarches et nourrie par celle dans les traces de saint Jean-Baptiste, de la sainte famille, de Jésus en Galilée, sur le lac, puis à Jérusalem. Cette unité indissoluble engendre la charité, la joie, la paix. Tous et chacun, nous l’avons accueillie. Elle règnera en nous toute notre vie et au-delà. Elle est sans dimension puisqu’elle est l’unité du règne de l’Amour de Dieu, puisqu’elle est Dieu.

   Après cet apéritif, nous réintégrons le restaurant réservé aux clients de l’hôtel. Tout en partageant les découvertes du jour, nous dînons. Nous sommes tels des ressuscités, Dieu donnant au centuple de nos demandes de pèlerins venus en Terre sainte pour s’approcher au plus près de lui. En cette journée où nous avons fêté la Résurrection du Christ, nous avons atteint l’apogée de notre propre montée à Jérusalem. Le repas terminé, dans un salon près de l’entrée, le Padre et le guide nous donnent les dernières consignes pour le départ du lendemain matin. Puis chacun se retire dans sa chambre. Nos bagages préparés, quelques heures de sommeil s’offrent à nous. Un bon repos même court nous est nécessaire avant cette journée de voyage. Demain va s’ouvrir vers d’autres horizons."


* Voir réf."

 

Chers lecteur, lectrice,

Le pèlerinage est fini ! Non, pas du tout ! Suivez-nous dans le dernier jour, le retour vers nos chaumières, nos vies d'avant ! Elles ne seront plus jamais pareilles... Nos vies sont devenues plus vraies et cependant le chemin est long avant d'arriver à l’irradiation de tout ce qui abîme notre vie d'enfant de DIEU... Or nous progressons dans la bonne direction ! Et c'est cela l'Essentiel. Fraternellement. Monique Guillon / La grâce de l'Unité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article