1, chapitre 2, 2b - La louange

Publié le par Monique Guillon / La grâce de l'Unité

Vue sur le désert du Néguev
Vue sur le désert du Néguev

Vue sur le désert du Néguev

Chers amis, lecteur, lectrice,

Pèlerins avec nous sur les hauteurs du Néguev, nos êtres intérieurs sont "Branchés" sur la Lumière éternelle, le Verbe fait chair, la Parole éternelle…

"La Parole est éternelle. Il nous faut juste la redécouvrir. Parfois séduits par des idoles, faux dieux aux apparences bonnes, nous nous coupons de la Parole. Ces idoles nous éloignent de l’Amour et nous entraînent dans la nuit, la peur, l’effroi, la discordance, la confusion, la guerre, la jalousie, le péché. En ne vivant que par elles, nos êtres en sont prisonniers. Leur envahissement enclenche des mal-êtres de toutes sortes. La Parole, elle, nous remplit de bienfaits, de bonheur, de joie. La conscience de notre état de pécheur dissipe nos maux, et notre horizon s’éclaircit. La vie n’est pas un long fleuve tranquille ! Sur Terre, celle du Christ a été prière, sacrifice, bonté, amour, main secourable et délivrance. Aujourd’hui comme hier et demain, il se donne totalement. Cette rencontre avec le Seigneur est telle une lumière indicible luisant en notre for intérieur. Le Christ ne peut pas offrir qu’un peu de son amour, c’est tout son amour qu’il donne à tous et chacun. Selon notre foi, nous l’accueillons un peu, beaucoup, avec passion, à la folie, en abondance ou surabondance. La conversion est notre réponse à son appel. Sa Parole dissipe l’angoisse, ouvre à l’apaisement. Ce calme engendre la paix. La paix apporte la joie menant à l’Unité. L’Unité équilibre le Corps de l’Église en Christ. Sur Terre, le Créateur miséricordieux nous accueille en son Amour dès notre conception. La Parole est l’arbre produisant de beaux et bons fruits. Pourtant notre vie est jalonnée d’obstacles déclenchés, sans même en avoir conscience, par notre péché, ceux de nos proches et de nos ancêtres. Oppressés par la fatigue, le surmenage, la désespérance, par une situation complexe, une relation difficile, de tourments en tourments, nous nous en éloignons. Pour s’en sortir, prier Marie est une grâce. Son intercession mène au Christ qui brise notre enfermement. En ce mot est insérée la racine enfer. Le péché condamne à rester en enfer. La délivrance vient par l’action de la Parole vivante, le Verbe fait Chair, l’Amour. Sa manducation agit en chacun. Tel le fœtus se formant dans le sein de sa mère ; sur Terre, notre être se forme à la vie éternelle. Après notre mort, la plénitude de l’amour sera complète. Aujourd’hui, la gestation de notre futur s’ébauche. Notre livre de vie est unique, il s’écrit de jour en jour, dans l’espoir que les futurs écrits l’amélioreront. Ce serait merveilleux qu’à l’heure de notre passage, il soit tel un magnifique bouquet, petit, moyen ou grand, aux multiples variétés de fleurs, de toutes tailles, aux coloris chauds et aux senteurs agréables. La Parole nous aide à le créer, à l’écrire. Elle nous donne d’ajuster notre vie. À l’image du lait maternel nourrissant le nouveau-né, l’amour de Dieu nourrit le chrétien. De cet amour germent des fruits. Dès leur maturation, en chacun naissent des dons, des grâces. L’amour divin, lumière pour dissiper nos ténèbres, éclaire notre chemin. Chaque être qui s’ouvre à la Parole, s’approche de Dieu. Il participe à l’ébauche du nouveau monde, règne de cet amour déjà présent sur Terre. L’ancien monde enfermant douleurs et grincements de dents s’amenuise dès que l’Amour grandit en tous et chacun. Au fur et à mesure qu’une multitude de cœurs s’y ouvrira, sa croissance s’étendra tel l’océan rempli de gouttes d’eau. Chaque cœur est à l’image d’une ou plusieurs gouttes selon le ou les dons développés. Chacun chemine à son rythme. Des batailles nous attendent, toutes ne seront pas gagnées. Le découragement ne doit pas s’installer. La Victoire finale a été assurée par le sacrifice de l’Agneau immolé. Par sa croix, sont sauvés ceux qui se tournent vers lui, ceux travaillant peut-être même sans le savoir à son royaume. Notre foi nous donne de demeurer en Dieu. Elle ne nous épargne ni les épreuves ni les souffrances, parfois même elles sont engendrées par elle. Cette réalité peut épuiser mais n’oublions pas la présence de Dieu en nous : « Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n'abandonnes pas ceux qui te cherchent, ô Dieu ! » Ps 9, 11. Jésus a désiré sauver toute l’humanité par les bois de sa Croix glorieuse. "

Chers amis, pèlerins en esprit, je vous invite à toujours plus entrer en ce monde de dons et de grâces, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Fraternellement. Monique Guillon / La grâce de l'Unité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article